Guide

[lang_en]

Guide to the Church

By Adele Ernstrom, Art Historian

For over a century the Unitarian-Universalist Church of North Hatley has been grounded in the religious and social history of the Eastern Townships. When it originated in 1895, Universalist congregations flourished in Beebe, Brome, Lennoxville, Huntingville and other communities throughout the region.

Universalists rejected the Calvinist doctrine of predestination in which Christ’s death offered atonement only to the elect. They believed that sin was finite, in other words that it brings its own penalties in the here and now. Universalists could not accept that a merciful God required payment for sin through unimaginable tortures for all eternity.

The vitality and extent of Universalist worship in the Townships had major repercussions for longer established churches in the sense of distancing them from an insistence on hell and damnation. As observed by our minister Rev. Carole Martignacco, the decline in Universalist congregations over the last 75 years or so may well result from Universalism’s success in influencing other denominations.

Another distinguishing aspect of Universalism has been the scope it offered to women’s spiritual leadership. The first woman to be regularly ordained by any denomination in North America was Olivia Brown when she became a Universalist minister in 1863 in Malone, New York, near the Quebec border.

The North Hatley church has been Unitarian-Universalist since these two branches of liberal religion merged in the 1960s.

It was built in 1895, as noted, on land donated by Benjamin LeBaron. The labour was contributed by members of a parish dating back to 1870. Similar at first glance to many Congregational churches of New England in its clapboard construction and crenellated bell tower, the church is unique in the region in centering its choir on the long north wall of the nave. This arrangement with its breadth of pews facing the sanctuary, as against a longitudinal orientation towards an altar at one end, spatially suggests the inclusiveness of the congregation.

The nave’s lofty polygonal vault is secured to the steeply pitched roof of the church one sees from the outside by means of scissors trusses. In this structure, ties cross each other (like scissors) and connect at mid-height to rafters on the opposing side of the roof. The revetment (surfacing) of the ceiling and walls of the church is in planed ash in diagonal formations, with corner blocks marking divisions of the vault and the upper corners of doorways. The excellent acoustic quality of the nave is evident during the frequent concerts presented there.

Beautiful stained glass windows in the sanctuary that memorialize members of the LeBaron family are exceptional throughout the region as examples of Art nouveau design. Their central motif with its crown recalls the Christian promise of victory over death while the spray of foliage it encircles suggests the splendor of nature and, plausibly, our relation to it.

This interior has been ranked by the provincial Ministry of Culture and Communications as “incontournable” (exceptional) in the architectural heritage of Quebec. The church is also listed in the heritage register published by the Village of North Hatley, where the building is part of a zone designated as a heritage site of the Village in 1987.

Adjoining the sanctuary and parallel to its shorter side is the space known as Avery Booth Hall, named in honour of a devoted member of the church who died in 1998. It is used for coffee hours, receptions and meetings. The furnishings include an elegant sofa designed by the painter Edwin Holgate, which was offered to the church by his niece, Donnie Rittenhouse. Also original is the 19th century watercolour, Inside the Cathedral at Ratisbon, by Sibella Harriott, a follower of the English painter Samuel Prout. Behind Avery Booth Hall is a spacious kitchen that is part of the church’s initial structure.

Those parts of the church that did not belong to its original fabric are the outcome of a crisis in the late 1980s when the building’s integrity was compromised by a crumbling stone foundation. Michael Grayson, engineer and church member, participated professionally in the design concept and helped to draw up plans for lifting the structure from its defective foundation and supervised the construction of a new foundation, including the installation of a new full basement.

This work was carried out through the vigorous advocacy of Keith Baxter and support of other members of the congregation. One of these was Joyce Booth, who has been active in the church for almost fifty years. She recalls that members agonized over how access to the basement should be provided. It seemed unacceptable to lose part of Avery Booth Hall (as it became known) for the purpose, and so a structure external to that space was built to house a staircase.

Michael Grayson comments that this is one of the rare cases, among many in the region in which churches have been lifted, in which the rebuilding of a church’s foundations has been done so as to allow for a fully functional lower level. This acquisition of new space, in addition to giving the church a second kitchen, accommodates services during winter when it is less costly to heat the space downstairs.

The space at this level, important for church activities during much of the year, was named for Margaret and Albert Stoddard, Universalists who were mainstays of the North Hatley congregation since 1946. Their son Gordon Stoddard is currently an active member of the church.

[/lang_en]
[lang_fr]

Guide de l’église

par Adele Ernstrom, historienne de l’art

Depuis sa fondation il y a plus de cent ans, l’église unitarienne-universaliste de North Hatley prend ses sources dans l’histoire religieuse et sociale des Cantons-de-l’Est. A ses débuts en 1895, des congrégations universalistes fleurissaient à Beebe, Brome, Lennoxville, Huntingville et dans d’autres communautés à travers la région.

Les universalistes rejetaient la doctrine calviniste selon laquelle la mort du Christ n’offrait l’expiation qu’aux élus. Ils croyaient que le péché était limité, c’est à dire qu’il apportait ses propres pénalités au monde actuel. Les universalistes ne pouvaient accepter qu’un dieu miséricordieux exige la réparation du péché par des tourments inimaginables pendant toute l’éternité.

La vitalité des célébrations de l’Église universaliste, spécifique aux Cantons, et l’étendue de celles-cis, ont exercé une pression énorme sur les religions établies depuis plus longtemps, les obligeant à diminuer leur insistance sur l’enfer et la damnation. Tel que le remarque notre pasteure, la révérende Carole Martignacco, le déclin des congrégations universalistes, depuis plus ou moins les 75 dernières années, peut bien résulter de l’influence qu’elle a su exercer sur les autres confessions.

Un autre aspect particulier de l’universalisme venait du fait qu’il offrait aux femmes la possibilité de participer à sa direction spirituelle. La première femme à recevoir les ordres d’un quelconque culte en Amérique du nord fut Olivia Brown, alors qu’elle devenait pasteure universaliste en 1863 à Malone, New York, près de la frontière québécoise.

L’église de North Hatley est devenue unitarienne-universaliste lors de la fusion de ces deux branches de confession libérale dans les années 1960.

Le bâtiment fut érigé en 1895, tel que déjà mentionné, sur un terrain donné par Benjamin LeBaron. La main-d’œuvre a été fournie gracieusement par les membres d’une paroisse dont les origines remontaient jusqu’à 1870. Ressemblant à première vue à de nombreuses églises congrégationalistes de la Nouvelle-Angleterre, tant par sa construction en bardeau (clapboard construction) que par son clocher crénelé, l’église se démarque dans la région du fait que son chœur est centré le long du mur nord de la nef. Cet arrangement, selon lequel la largeur des bancs fait face au sanctuaire, évoque d’une façon spatiale l’esprit inclusif de la congrégation.

La voûte polygonale de la nef est attachée à la toiture inclinée par le moyen de fermes en écharpe. Dans cette sorte de structure, les liens de chevron s’entrecroisent (comme des ciseaux) et sont liés à des chevrons de l’autre côté à la mi-hauteur du toit. Le revêtement du plafond et des murs de l’église fut construit en frêne raboté disposé de façon diagonale, avec des blocs de coin pour marquer les divisions de la voûte et les coins supérieurs des portes. La très bonne qualité acoustique de la nef permet d’y présenter des concerts assez fréquemment.

Les superbes vitraux du sanctuaire, installés à la mémoire de membres de la famille LeBaron, constituent des exemples exceptionnels, dans toute la région, du style Art nouveau. La couronne qui constitue leur motif central rappelle la promesse chrétienne de la victoire sur la mort, tandis que le rameau de feuilles qu’elle entoure évoque la splendeur de la nature et, vraisemblablement, notre relation à celle-ci.

Cet intérieur a été classé par le ministère de la Culture et des Communications du Québec comme « incontournable » dans l’héritage architectural québécois. L’église est également énumérée au registre patrimonial publié par le Village de North Hatley dans lequel on mentionne que le bâtiment fait partie d’une zone désignée comme site patrimonial en 1987.

On retrouve, attenant au sanctuaire et parallèle à son côté le moins long, l’espace appelé salle Avery Booth , nommé ainsi à la mémoire d’un membre dévoué de l’église décédé en 1998. Il est utilisé pour des rencontres sociales, des réceptions, et des réunions. Parmi l’ameublement se trouve un sofa conçu par le peintre Edwin Holgate et offert à l’église par sa nièce, Donnie Rittenhouse. On y retrouve également une aquarelle originale du 19e siècle, “Inside the Cathedral at Ratisbon” (À l’Intérieur de la cathédrale à Ratisbon) exécutée par Sibella Harriott, une disciple du peintre anglais Samuel Prout. Derrière la salle Avery Booth se trouve une cuisine spacieuse qui fait partie du bâtiment d’origine.

Les segments de l’église qui ne font pas partie de sa construction d’origine sont le résultat direct d’une crise survenue vers la fin des années 1980 alors que l’intégrité du bâtiment se trouvait compromise par l’effritement de sa fondation de pierres. Michael Grayson, ingénieur et membre de l’église, a participé professionnellement au concept du design, à la préparation des plans et à la surveillance des travaux de soulèvement de l’église, la construction d’une nouvelle fondation et l’installation d’un plein sous-sol.

Ce travail s’est effectué grâce à l’appui constant et vigoureux de Keith Baxter et d’autres membres de la congrégation. L’une de ceux-ci était Joyce Booth, active à l’église depuis près de cinquante ans. Elle se rappelle que les membres angoissaient pour savoir comment assurer l’accès au sous-sol. Il semblait inacceptable de condamner une partie de la salle Avery Booth (telle que dénommée maintenant) dans ce but. Une structure externe est donc venue s’ajouter pour abriter un escalier.

Michael Grayson rajoute qu’il s’agit d’un des rares cas dans la région parmi les nombreuses églises du territoire qui ont dû subir une élévation, et ce dans le but d’en finir avec l’ajout d’un niveau inférieur entièrement fonctionnel et qui faisait partie des plans de reconstruction des fondations d’une église. Ce nouvel espace, en plus de faire bénéficier l’église d’une deuxième cuisine, permet d’y tenir les célébrations en hiver, alors qu’il en coûte moins cher de chauffer les locaux à l’étage inférieur.

L’espace à ce niveau occupe une place importante dans les fonctions de l’église pendant la majeure partie de l’année. Cet espace fut nommé en l’honneur de Margaret et Albert Stoddard, Universalistes fidèles depuis 1946. Leur fils Gordon Stoddard est actuellement un membre actif de l’église.

[/lang_fr]